News

Le référencement et la vitesse de chargement d’un site

Nombreux sont les paramètres qui font qu’un site est visible sur les moteurs de recherche. Le but d’un travail de référencement étant d’être le mieux indexé et d’accéder à la première page. Les mots clés, les balises et bien d’autres encore sont des critères que le webmaster se doit d’optimiser. Toutefois, le temps de chargement d’un site qu’il soit de l’e-commerce ou d’une vitrine est devenu déterminant. La raison est simple, les internautes attendent autour de 3 secondes avant que la page s’affiche. Au-delà de ce délai, nombreux sont ceux qui abandonnent et consultent un autre site concurrent. Pour optimiser le site et par la même occasion le taux de conversion, il est important de voir de plus près ce paramètre. Il existe des méthodes accessibles et faciles à appliquer. Quelques informations utiles pour améliorer le temps de chargement d’un site.

 

Pourquoi un chargement rapide est plus rentable ?

La réduction du temps de chargement d’une page qu’elle soit d’un blog, d’un site marchand ou d’un site entreprise est primordiale. Elle n’est pas juste sollicitée par les internautes, mais également par les moteurs de recherche. Elle est prise en compte par les crawlers dans l’indexation du site. Ce sont les robots que les moteurs de recherche utilisent pour tracker toutes les informations sur un site. C’est devenu un critère dans le classement des sites sur les navigateurs. Il est donc prioritaire de prendre les décisions nécessaires pour améliorer ce temps de chargement. Des solutions sont disponibles pour accompagner les administrateurs de site pour optimiser cette vitesse de chargement. Les faits sont là, les internautes sont devenus de plus en plus exigeants. Et vu le nombre de concurrents que contient la toile, choisir un autre prestataire est facile.

De plus, ce temps de chargement d’une page est devenu un critère de l’algorithme des moteurs de recherche. Les développeurs ne peuvent plus l’ignorer et doivent réagir vite pour ne pas perdre la notoriété du site, mais pas que. Les conséquences de la lenteur d’un site peuvent affecter de nombreux domaines et font perdre de l’argent à son propriétaire. Outre la qualité de la connexion de l’internaute qu’on ne peut pas encore maitriser. Une ouverture lente d’un site entrainera le départ d’un client potentiel. C’est la perte d’une conversion supplémentaire et qui va renflouer l’entreprise de la concurrence. Les robots des moteurs de recherche sont aussi paramétrés pour abandonner l’indexation d’un site si ce dernier met trop de temps à leur fournir les informations. Et là-dessus, vous ne pouvez pas vous mentir. Une fois que les crawlers ont zappé le site, vous ne serez pas juste visible sur internet.

 

Comment tester la vitesse de chargement d’un site ?

Le navigateur que l’internaute a choisi effectue de nombreuses requêtes dès qu’une URL est sollicitée. Le serveur qui héberge le site va devoir traiter toutes ces demandes en quelques secondes. Ces informations cryptées vont être retranscrites de manière à constituer la page demandée. C’est le travail qui se passe derrière l’écran de l’utilisateur. Et l’expérience des internautes a montré que ces derniers se soucient peu de toutes ces besognes. S’ils ne sont pas satisfaits dès le premier clic, ils vont juste quitter la page et chercher un autre site similaire. C’est un problème que le site doit régler très vite s’il ne veut pas perdre tous ses clients potentiels. Il en va de soi pour le développeur de trouver le meilleur outil pour gérer ce temps de chargement.

Outre la perte d’argent, le site qui prend du temps pour afficher son contenu est aussi pénalisé par les moteurs de recherche. Heureusement, des solutions sont délivrées par les navigateurs pour améliorer ce temps. L’outil en question est capable de mesurer la rapidité d’une page à s’ouvrir sur un ordinateur, un mobile ou une tablette. C’est un audit dudit site en quelque sorte. Il existe de nombreux outils qui travaillent sur l’optimisation de la vitesse de chargement d’une page. Utilisez-les à bon escient et suivez les actions suggérées pour améliorer l’expérience de vos utilisateurs sur le site. Toutefois, il ne suffit pas de suivre ces consignes pour être dans les 3 secondes. Il existe pas mal de critères qu’il faut prendre en compte pour gagner en pertinence en matière de référencement.

 

Comment améliorer le chargement d’un site ?

Outre l’aide des outils fournis par les moteurs de recherche. Le choix de l’hébergement de votre site est déterminant. C’est le serveur qui héberge votre site qui en est le premier responsable du temps de chargement. En envoyant les informations à votre navigateur, il détermine ce temps de chargement. Nombreux sont ceux qui préfèrent utiliser un serveur pas cher. Et c’est là que le problème commence. En voulant épargner dans des hébergeurs gratuits, c’est la performance du site qui se trouve être faible. De ce fait, pour améliorer la vitesse de chargement de votre page, optez pour des hébergements payants. Les fournisseurs sont nombreux et les tarifs aussi. Vous aurez le choix entre des hébergements dédiés ou des hébergements avec une audience moyenne.

Si vous êtes surtout dans les ventes en ligne, il est recommandé d’investir un bon budget sur la qualité de votre site. Une fois réglé, ce problème d’hébergement, vous devez aussi prendre en compte le contenu de votre page d’accueil. Il faut que cette dernière soit attirante et mette en évidence toutes les offres susceptibles d’attirer le client. Pour cela, certains points doivent être optimisés et améliorés pour que la fidélisation de l’internaute se fasse tout naturellement.

 

Quelques optimisations supplémentaires

Pour réduire davantage le temps de chargement d’un site. Un travail d’optimisation des images est essentiel. En choisissant des fichiers lourds, vous contribuez au ralentissement de l’utilisation. Privilégiez les formats images légers, redimensionnez vos images s’il le faut. Et plus encore, vous pouvez les compresser afin d’entrer dans cette moule. L’erreur à ne pas faire est d’indiquer l’emplacement de l’image originale. Le navigateur va encore prendre du temps à chercher et à transmettre ces images sur la page. Compressez la taille de vos images et utilisez-les dans les déclarations CSS. Cela va aider le navigateur à afficher en peu de temps et en même temps toutes les images. Ainsi, les offres parviennent directement au client et sans une longue attente.

Et pour optimiser encore ce temps de navigation. Utilisez la transition de http vers http/2. Optez pour un CDN. Choisissez un domaine externe pour les images. Le navigateur doit transcrire le plus rapidement toutes vos commandes. Pour cela, évitez d’avoir recours à trop d’URL de redirections. Le choix d’un code HTML pour les pages statiques est recommandé. Tout comme l’utilisation d’un seul fichier CSS pour toutes les informations. Mettez en œuvre toutes ces pratiques et vous verrez que votre site peut être celui que les internautes préfèrent. N’omettez aucune des règles de référencement, utilisez les bons mots clés, les phrases qui accrochent et les crawlers vont faire remonter votre classement. C’est un travail de longue haleine au début, mais avec la pratique, vous verrez les résultats dans le long terme. Une fois indexée, votre page reste sur les moteurs de recherche. Il suffit de mettre à jour les informations pertinentes pour gagner davantage de notoriété auprès des utilisateurs.

SEO et ROI

SEO : un moyen de mesurer son retour sur investissement

Généralement, lorsqu’une entreprise décide de s’offrir les services d’un prestataire SEO, c’est qu’il souhaite booster son référencement naturel afin d’améliorer la visibilité de sa vitrine en ligne. L’objectif premier étant de développer considérablement son chiffre d’affaires, une bonne stratégie s’impose. Mais une fois l’investissement effectué, comment savoir que cela a porté ses fruits ? Comment mesurer son retour sur investissement ?

 

Un point sur le taux de conversion

Avant d’opter pour une prestation SEO, vous devrez savoir très exactement où vous en êtes en termes de chiffre d’affaires et quel est votre objectif. Par la suite, si vous souhaitez mesurer votre ROI afin de maîtriser votre rentabilité, nous allons de suite parler du taux de conversion ainsi que des revenus générés. Quel est très exactement le ROI du SEO ? Premièrement, il est impératif que vous analysiez le taux de conversion de votre site ainsi que le revenu généré par le client en provenance de votre site internet. Si aucun de vos salariés n’est habilité pour cela en interne, sachez que cette tâche peut entrer en compte dans la prestation d’une agence SEO. Cette dernière se chargera d’analyser vos statistiques afin de suivre les conversions de votre site. Il faut savoir que le taux de conversion varie en fonction du secteur d’activité ainsi que des produits ou services commercialisés. Ce sera uniquement lorsque vous aurez pleinement connaissance de ces deux facteurs que vous pourrez déterminer quel est le CA que votre site génère. Puis, à partir de là, vous pourrez vous projeter et faire croitre votre trafic en améliorant la visibilité de ce dernier. Ce sera également à partir de là que vous pourrez escompter augmenter votre taux de conversion. Il s’agit de l’objectif premier du référencement naturel : accroitre le taux de conversion dans le but d’amener davantage de visiteurs ciblés.

 

Estimer son ROI

La prestation de référencement naturel ou SEO se base sur son objectif premier qui est l’augmentation de visibilité. Toutefois, pour en arriver à ce résultat, il est important de suivre certaines directives. Le fait d’attirer davantage de trafic sur votre site, notamment des visiteurs de qualité parfaitement ciblés, constitue un point déterminant pour la réussite de votre stratégie de référencement. Pour augmenter votre chiffre d’affaires, vous devrez penser stratégies, toutefois le mécanisme est relativement simple. Pour résumer, une prestation SEO vous fera gagner en visibilité, augmentera le trafic sur votre site ainsi que le taux de conversion de cette dernière et le nombre des ventes par la même occasion. Cela signifie que l’augmentation du chiffre d’affaires se fera des plus simplement. De ce fait, sachez que l’augmentation du CA est proportionnelle à celle des divers paramètres que nous avons vue plus tôt ainsi qu’à votre revenu moyen par client. Commencez donc par estimer le volume des ventes que vous souhaitez gagner, puis calculez votre marge et comparez-là au coût de votre investissement SEO. Vous pouvez à présent estimer votre retour sur investissement avant d’engager votre prestataire ou calculez votre ROI en fin de prestation afin d’en mesurer la rentabilité.

Investir dans le SEO

Investir dans le SEO : est-ce important pour une entreprise ?

Certaines entreprises ne se doutent pas de l’importance d’investir dans le SEO pour faire croitre leurs activités. Il est pourtant assez évident qu’aujourd’hui une entreprise se doit de disposer d’un site internet bien référencé pour améliorer sa stratégie marketing. Et pour se faire, une stratégie SEO est indispensable.

 

Rappel sur le SEO

Pour rafraîchir la mémoire, le SEO (Search Engine Optimization) ou référencement organique que l’on appelle également référencement naturel, est un moyen qui regroupe différents outils, méthodes et techniques afin d’obtenir une meilleure position de votre site web sur les résultats de recherche. La différence du SEO avec le SEA est que le premier vous permet de gagner des places gratuitement.

Il est tout de même à savoir, qu’accéder en première page sur les moteurs de recherches n’est pas toujours facile. Voilà pourquoi, un bon référencement naturel est important. Le SEO a donc pour objectif de faire figurer un site internet en première page et parmi les trois premiers résultats des moteurs de recherche tels que Google, qui est notamment le premier moteur de recherche en tête dans le monde. Il représente à lui seul 79% du trafic sur ordinateur et 94% sur mobile.

 

Les raisons qui font que le SEO est incontournable

Une visibilité à long terme

Suite à une évolution technologique permanente, actuellement, 61% des consommateurs prennent le temps de s’informer d’un produit sur internet avant d’effectuer leur achat en ligne ou en boutique. Et le pourcentage augmente à 81% dans le cas où le consommateur désirerait acheter une voiture. Ces raisons font qu’une présence bien visible sur internet est bien obligatoire.

Il est toutefois envisageable de gagner en visibilité en ayant recours à des liens sponsorisés. Quoique, cette solution de référencement payant n’est rentable que si vous payez. Si à un moment vous ne procédez pas au paiement de l’outil, le trafic risque de diminuer et le positionnement de votre site internet se verra tomber également. Quant au SEO, avec les bonnes méthodes et techniques, ainsi qu’une base solide, non seulement vous gagnez en positionnement, mais vous pouvez également la maintenir pour une durée indéterminée.

 

Une solution efficace et ROI imbattable

Par rapport au SEO, un référencement payant est une méthode adéquate pour permettre aux responsables financiers de suivre facilement et d’anticiper la rentabilité de l’activité d’une entreprise. Quant aux SEO, il n’est pas facile de savoir au préalable son impact.

Toutefois, il a été constaté que le référencement naturel conçoit un meilleur ROI (Return On Invest) ou retour sur investissement par rapport au référencement payant. Le trafic global du SEO provenant des liens placés affiche un pourcentage de 51%, alors que les liens payants n’en sont qu’à 10%. Le référencement naturel nécessite donc un investissement plutôt conséquent au début, mais s’avère plus avantageux par rapport à un retour sur investissement à long terme.

 

Pourquoi investir dans le SEO devient une nécessité ?

Un référencement naturel ne nécessite pas seulement de mettre des contenus intégrant des mots-clés. Les moteurs de recherches comme Google exigent certains critères comme la qualité des contenus. Ce qu’il faut prendre en compte et qu’il ne faut surtout pas négliger, c’est que les articles des sites doivent également attirer l’attention des consommateurs. Un contenu optimisé et bien rédigé est donc agréable à lire et est susceptible d’être lu jusqu’à la fin. La maîtrise des différents paramètres est primordiale notamment au niveau de la rédaction de contenu, qui nécessite une bonne expertise afin d’y mettre le prix.

Un référencement naturel ne permet pas seulement de générer du trafic. Votre site représente l’image de votre entreprise. Voilà pourquoi il est nécessaire d’investir dans le SEO, la présence et la visibilité de votre site vous rendent à tout moment disponible pour les consommateurs. Votre site se doit donc d’être de qualité pour inspirer confiance aux internautes.

Prestation SEO : délai des premiers résultats

Contrairement aux idées reçues, le référencement ne produit pas d’effet immédiat. Selon le cas, la campagne de Netlinking peut nécessiter 4 semaines ou 12 mois avant d’être rentable. Voici les paramètres à prendre en compte.

Google impose ses lois

Avant de commencer votre SEO, vous devez « indexer » votre page. C’est le terme technique qui explique que votre page est disponible en ligne. Généralement, il faut quelques jours aux robots de Google pour ce faire.

Une fois indexé, Google demandera quelques semaines pour reconnaitre les liens de votre page. Ce peut être les liens sources IN ou OUT page. Il leur faut non seulement les trouver dans les contenus, mais aussi visiter les pages en questions pour ce faire. Ce qui explique cette latence.

Mais au-delà de cela, Google impose ses lois en ce qui concerne le référencement. Le moteur de recherche fixe lui-même un délai de quelques semaines pour le positionnement d’un site. Le positionnement dans la liste des résultats de recherche peut ainsi varier, monter et descendre.

Tout dépend de la page

Les caractéristiques de votre page sont également cruciales pour le SEO. Par exemple, une page indexée depuis plus longtemps sera plus rapidement positionnée. La qualité des liens sources que vous utilisez sera également prise en compte. Le style des interfaces utilisé par le webmaster sera également déterminant. Tout comme ce sera le cas pour la taille du site. Plus un portail aura un contenu volumineux, mieux potentiellement il sera positionné.

Certains secteurs d’activité sont plus faciles à référencer que les autres

C’est un fait ! Sur Google, certains secteurs d’activité sont plus faciles à référencer que d’autres. Plus vous avez des concurrents dans votre domaine d’activité, plus le SEO prendra du temps.

Généralement, les sites ayant plusieurs années d’expérience seront plus faciles à positionner. Mais ce n’est pas le seul détail à prendre en compte. La qualité des mots clés est également déterminante. Raison pour laquelle certains référenceurs utilisent Google Adwords. Le but étant d’optimiser les informations à traiter par les robots traqueurs de Google.

En plus du délai d’attente avant le positionnement dans les premières pages de Google, vous allez devoir travailler le SEO sur le long terme. L’objectif étant de demeurer dans les 10 premiers résultats de recherche de Google sur la rudée. Il en va de la pérennisation et le bon développement de votre entreprise.

En outre, il faut de la technique pour assurer le SEO de votre site. Choisir les bons liens sources, les mots clés et les ancres est entre autres une étape fondamentale. Malgré leur rigueur, les robots traqueurs peuvent se tromper. Raison pour laquelle, vous devez faire appel à des experts en référencement pour la prise en charge de votre SEO.

Renforcer son référencement grâce aux backlinks

Effectuer le référencement d’un site internet n’est pas une tâche facile. Différents points sont à maitriser, notamment, les mots-clés, les balises <title>, les méta-descriptions, les rédactions de contenu ainsi que d’autres détails techniques pour que le site soit bien référencé. Il y a également le réseau de backlinks qui détient un rôle important pour booster le référencement du site. Zoom sur le fonctionnement de ce réseau de liens pour mieux le comprendre.

 

Pourquoi est-il nécessaire de créer des liens ?

En 1998, avec la création de Google, Larry Page et Sergey Brin créent un algorithme qu’ils nomment Pagerank pour mesurer la cote de popularité d’un site internet en mettant une note de 0 à 10.

De nos jours, c’est grâce à des liens externes et internes que Google procède à un examen d’un site internet. Si une page ne dispose pas de liens, il est impossible pour Google de faire une étude du site et ne le visite pas. D’où l’importance des liens, pour pouvoir être référencé, une page devra donc avoir des liens entrants. Plus votre page dispose de liens plus Google la visitera en théorie.

 

Les liens NoFollow

De nos jours, les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook ou autres sont les outils les plus utilisés pour se faire connaitre afin d’augmenter sa visibilité, mais aussi sa notoriété. En y partageant des liens, cette action permet d’augmenter le nombre de visiteurs sur le site. Seulement, en raison de nombreux liens de mauvaise qualité, Google a instauré les liens en NoFollow pour éviter d’être inondé par la popularité de ces derniers, qui pourtant ne bénéficient pas de justification valable. Tout comme pour les commentaires sur les blogs ou les forums. Toutefois, ils ne sont pas inutiles pour autant, puisqu’ils peuvent permettre une crédibilité de votre contenu s’ils sont publiés sur des sites populaires.

 

Les liens DoFollow

Quant aux liens DoFollow, leurs présences sur votre site internet permettent à Google de les suivre et de les prendre en compte dans ses algorithmes. Il est tout de même à noter que pour qu’ils puissent donner un ordre positif au moteur de recherches Google, ils doivent être pertinents pour prouver son efficacité et être positifs.

 

Comment rendre efficaces les backlinks DoFollow ?

 

Toujours choisir des sites de confiances

Certes, avoir de nombreux liens allant vers votre site est bien, quoi qu’il en soit, il est important de bien s’y prendre.

Si l’achat massif des backlinks, qui toutefois est une erreur souvent constatée, proposée par des sites fonctionnait un temps, actuellement, Google pénalise cette pratique. En effet, Google devient exigeant et prend en compte la popularité des sites sur lesquels vous partagez vos liens. Cela fait partie des critères de référencement du moteur de recherches.

Comme Google ne prend confiance que sur des sites avec des contenus de qualité, partager vos liens sur ces derniers vous permet donc de mieux développer votre réseau backlinks. Il est ainsi recommandé de les partager sur des sites ou des pages existant depuis longtemps pour disposer d’une meilleure vitrine.

 

Choisir des liens pertinents

Pour qu’un lien soit de qualité et pertinent aux yeux de Google, il est important qu’il ait un rapport avec la thématique du site sur lequel vous allez le partager. Dans le cas contraire, votre lien ne sera pas pertinent et Google vous pénalisera. Par exemple, si votre lien concerne le sport, le partager sur un site pour la nutrition où le bien-être convient aux critères de sélection de Google et sera jugé pertinent. Un autre point à prendre en compte pour qu’il soit plus visible, c’est d’insérer le lien dans le corps du texte et non en footer avec les mentions légales et le copyright. Il faut donc que votre texte soit adapté à la thématique de votre lien pour un rendu naturel et logique. Et enfin, privilégiez les backlinks qui redirigent vers les contenus plutôt que vers la page d’accueil de votre site.

 

Bien choisir l’ancre d’un lien

L’ancre d’un lien est le texte sur lequel on clique pour être redirigé vers une page. Un lien hypertexte visible par l’internaute et le moteur de recherche. L’ancre doit captiver l’intérêt des internautes pour lui donner envie de cliquer et de suivre le lien. Pour ce faire, les mots doivent être descriptifs et correspondre à la page de redirection. Pour générer du trafic par les moteurs et pour une stratégie webmarketing réussie, l’ancre doit être de qualité.

 

Une ancre optimisée

Une ancre optimisée requiert une utilisation spécifique de mot-clé. Un moyen pour améliorer le référencement d’un site, toutefois, une même ancre ne doit être utilisée de nombreuses fois. Une sur-optimisation des ancres peut être un inconvénient par rapport à Google. Et pour un même lien, il est préférable de varier les textes d’ancres.

Maintenant, vous avez toutes les astuces pour développer votre réseau de backlinks afin de booster de la meilleure façon votre référencement. Il ne faut tout de même pas oublier qu’il est primordial que le contenu de votre site doit être de qualité pour être crédible au niveau des lecteurs et Google. Tout ce qu’il vous reste à faire c’est d’organiser votre action en fonction de ces différents critères et de laisser Google faire le reste du travail.

Si vous souhaitez la création d’un maillage efficace ou pour l’acquisition de liens pour une amélioration du référencement de votre site internet, nous vous invitons à nous contacter. Nous vous proposons nos services en vous accompagnant de manière à ce que votre site internet soit facilement visible sur tous les moteurs de recherches et particulièrement sur Google.

Le SEO pour gagner en visibilité

Il se peut que vous vous demandiez en quoi une prestation SEO pourrait vous aider à améliorer la visibilité de votre site internet. Si vous n’êtes pas particulièrement au fait des stratégies de référencement naturel, il se peut que votre site ne soit pas correctement référencé et qu’il comporte des imperfections. Cela signifie que votre site pourrait ne pas être très visible et donc mal positionné sur les moteurs de recherches.

 

L’importance de respecter la guideline de Google

En faisant confiance à une agence de prestation SEO experte, vous pourrez être certain de l’amélioration globale de votre site internet. Les guidelines de Google devront parfaitement être suivies pour que ce moteur de recherche référence au mieux votre site internet. Nous allons faire une petite révision pour voir dans les grandes lignes comment fonctionne le SEO. Tout d’abord, parlons des guidelines de Google qui sont un ensemble de règlements dictés par le Géant. Ces guidelines indiquent tout ce que vous serez autorisé à faire et tout ce qui est interdit. Si nous devons résumer, Google cherche à faire en sorte que tous les sites indexés soient de bonne qualité. Ce moteur de recherche a tout à y gagner étant donné que plus il propose du contenu intéressant, plus les internautes s’en serviront pour effectuer des recherches. La qualité et la pertinence sont donc des conditions sine qua non pour que les algorithmes de Google positionnent un site parmi les meilleures places des résultats de recherches. Il est important de ne pas lésiner sur ces guidelines, car si Google se rend compte que vous trichez, votre site en sera pénalisé. Donc comme vous l’aurez certainement compris, l’objectif de Google est la satisfaction de ses utilisateurs tandis que la vôtre est d’attirer votre cœur de cible. Toutefois, pour y parvenir, vous devrez également satisfaire Google.

 

Les principaux axes d’amélioration d’un site

Le SEO a pour but de déterminer quels sont encore les points de blocages à éliminer afin d’optimiser la visibilité de votre site. Il est important que ce dernier soit techniquement amélioré, car il se peut que sa structure primaire ainsi que son code ne soient pas conformes pour un référencement naturel. Un prestataire SEO se chargera pour commencer de remettre toutes les performances de votre site à plat. Cela inclut son code de vitesse de chargement, le maillage interne, la version responsive, la nature du balisage sémantique ainsi que les divers facteurs bloquants. Lorsque l’on souhaite simplifier l’indexation ainsi que la facilité d’adhérence de son site, il est important d’effectuer une optimisation technique ainsi qu’une amélioration de contenu. Cette dernière passera par ce que l’on appelle une rédaction optimisée ainsi qu’un ciblage de mot clé. Bien évidemment, la structure des textes a également toute son importance et c’est d’ailleurs l’un des points principaux qui seront pris en compte par votre prestataire. Pour finir, vous devrez stimuler la popularité de votre site. En effet, la popularité est un facteur décisif pour qu’un site soit bien référencé par Google et les autres moteurs de recherche. Soyez assuré que nous nous chargerons de l’optimisation des stratégies de référencement de votre site en vous faisant profiter de notre expertise et de notre réseau de partenaires.

Le HTTPS va devenir inévitable

HTTPS est un protocole de communication internet qui garantit la protection de la confidentialité et de l’intégrité des données relatives aux visiteurs d’un site, lorsque des informations sont transmises entre l’ordinateur du visiteur et le site qu’il visite. Par exemple, si un internaute se connecte à un site et entre des informations confidentielles comme ses coordonnées bancaires pour procéder à un achat, le protocole https protège ces données privées au moment où elles sont transférées entre l’ordinateur de la personne et celle du site marchand.

 

Depuis Janvier 2017 : HTTPS est devenu presque inévitable

Google, via Google Chrome, a décidé de signaler tout site n’ayant pas le protocole HTTPS comme non sécurisé. Notifier les sites de la sorte quand ils n’ont pas le protocole est le meilleur moyen d’obliger petit à petit les éditeurs de sites à passer à cette norme. Car, qu’il soit un particulier ou une entreprise, aucun propriétaire de site n’a envie que ce dernier soit mal noté : son audience s’en ressentirait. L’utilisation du protocole HTTPS a donc de grandes chances d’augmenter largement durant cette année 2017, voire devenir incontournable.

La première étape pour imposer l’utilisation de ce protocole sera pour Google de noter non sécurisé tout site Internet qui transmettra des informations de carte bancaire ou de mot de passe sans utiliser HTTPS.

Il est à noter qu’une importante progression des résultats HTTPS a déjà été repérée sur la première page de Google. MozCast, qui analyse tous les jours des milliers de recherche Google, a noté en janvier 2016 que 25% des résultats de recherche sur la première page de Google étaient HTTPS. Six mois plus tard, on était passé à 30% et, à la fin du mois d’octobre, on avait atteint les 40%. Une progression que l’on peut qualifier d’assez fulgurante. Cela étant, ces bons résultats ne signifient pas nécessairement que Google favorise les sites utilisant ce protocole. Google avait certes annoncé qu’il boosterait les sites HTTPS, mais l’analyse de MozCast ne permet pas de définir si cette intention est à la base de cette forte adoption. Il est tout simplement possible que les sites sans HTTPS décident de l’utiliser, notamment pour rassurer leurs utilisateurs. Par contre, il y a fort à parier que la mention site “non sécurisé” changera la donne, étant donné qu’elle impactera sûrement sur le taux de fréquentation du site.

 

Que faut-il faire ?

Si l’on possède un site et que l’on souhaite qu’il soit visité, alors l’utilisation du protocole HTTPS sera sans doute incontournable dans les mois qui viennent. La question à se poser est en fait : est-ce vraiment indispensable de faire passer son site HTTP en HTTPS ? Est-ce que cela vaut la peine ?

Avantages et inconvénients par rapport au SEO

Du point de vue du référencement, il est possible que cela ait un impact à l’avenir. Google pourrait favoriser l’indexation des pages en HTTPS. Dans ce cas, même les sites lambda auront tout intérêt à opter pour cette norme. Mais pour le moment, la mise en place du protocole n’est pas un critère favorisant le référencement global de votre site.
En conclusion, même si ce n’est pas un facteur favorisant le référencement de votre site, il vous faut considérer à moyen terme de passer au HTTPS, car la mention de « site non sécurisé » risque de pénaliser fortement le trafic venant de Google sur votre site.

 

Article rédigé pour Cominmag.ch

Est-il possible de se passer de Google Adwords en 2017 ?

L ’année 2016 vient de se terminée mais, pour Google AdWords, elle aura déjà été l’année des changements les plus importants depuis son lancement. Après avoir supprimé la colonne des annonces de droite au printemps, changé la couleur des annonces, rajouté une 4ème annonce premium (annonce qui s’affiche au-dessus des résultats de recherche naturelle), google a lancé un nouveau format d’annonce durant l’été : l’expanded text ads.

L’expanded text ads de Google AdWords

La taille des annonces n’avait encore jamais été changée. Avec ce nouveau format, Google a tout simplement doublé la taille des annonces, ce qui est une vraie révolution. Concrètement, le titre passe de 25 caractères à deux fois 30 caractères et le descriptif double de 35 caractères à 80 caractères.

La suppression de la colonne publicitaire de droite avait été décidée afin de rendre la recherche plus cohérente sur tous les appareils. Ce nouveau format publicitaire va dans le même sens et vise à offrir une bien meilleure visibilité aux annonces, tant sur mobile que sur desktop. Le but étant, on s’en doute, d’engendrer de meilleures performances.

A l’heure actuelle, les « petites » annonces sont encore diffusées. D’ici la fin de l’année ou tout début 2017, il n’y aura plus que des annonces grands formats.

expanded-text-ads

Peut-on se passer de Google AdWords ?

Ce titre, un brin provocateur, est pourtant loin d’être absurde. Pour certains secteurs d’activités, ceux où il y a une forte concurrence, et donc beaucoup d’annonces AdWords, vous risquez de ne plus être visible sur la première page de Google avec uniquement du référencement naturel.

En effet, puisque désormais on peut – en plus du texte – rajouter des extensions d’annonces comme le téléphone, votre adresse, des liens annexes, des avis clients, etc., la surface publicitaire prend beaucoup plus de place. Et lorsque vous en avez quatre à la suite, ce qui est visible immédiatement à l’écran ce sont les publicités. Forcément le taux de clics sera beaucoup plus important sur les annonces publicitaires alors que les résultats naturels vont en pâtir.

Quelle est la bonne stratégie à suivre ?
Dans ce contexte, doit-on encore tout miser sur AdWords ? Est-il judicieux de miser sur le référencement naturel ? Les changements dans le digital sont constants, il faut donc anticiper et s’adapter en continu. Personne ne sait quels seront les modifications futures de Google à propos des résultats naturels. A ce stade, il est par conséquent dangereux d’arrêter d’investir dans le SEO, qui reste un canal d’acquisition de trafic très important. Il est donc conseillé de le travailler de manière constante afin d’obtenir des résultats. Mais, je ne saurais trop vous recommander de ne pas tout miser sur un seul canal.

Voici ma recommandation : poursuivre le référencement naturel, investir dans Google AdWords, ainsi que sur d’autres canaux comme Facebook, le emailing, l’affiliation, tout en gardant à l’esprit que ce qui fonctionne aujourd’hui ne fonctionnera peut-être pas demain – ce qui nous oblige à une veille et à un monitoring permanent !

 

Article rédigé pour Cominmag.ch

Performance Web 2017 sur 2 jours

Performance Web sur 2 jours en 2017

Après le succès de l’édition 2016, je suis très content d’annoncer que l’édition 2017 se tiendra sur 2 jours: les 15 et 16 juin 2017.  Pour cette occasion, Performance Web s’associe avec Teknseo pour proposer le plus gros événement en Suisse sur la performance sur le web.

Ce partenariat a pour vocation de compléter les conférences Performance Web par des ateliers pratiques, format proposé par Teknseo. Le jeudi, ces ateliers animés par des experts sont proposés aux participants qui souhaitent acquérir des outils et des stratégies pour améliorer leur performance sur les moteurs de recherches. Les ateliers sont repartis dans trois salles composées de groupes restreints de 20 à 25 personnes afin de favoriser l’échange entre participants et intervenants. La journée du vendredi sera dédiée au format Performance Web : trois-cents professionnels sont attendus pour assister à une douzaine de conférences gravitant autour du webmarketing.

Performance Web, un événement unique en Suisse

L’événement est né en 2015 sous la marque SEO Camp Genève qu’il remplace depuis 2016 sous le nom de Performance Web. Les ateliers et conférences s’adressent à des spécialistes du marketing internet de tous niveaux de compétence. Parmi les thèmes abordés lors des éditions précédentes l’ont peut citer l’optimisation des moteurs de recherches (SEO), le content marketing, l’e-mail marketing, la publicité et le marketing des médias sociaux ou encore la sécurité des données. Performance Web se profile comme étant un rendez-vous incontournable dans le domaine de la performance digitale en Suisse. La notoriété de l’événement ne cesse de croître et devrait se voir renforcer par ce nouveau partenariat avec un acteur clé du seo en France.

Le programme sera annoncé d’ici quelques semaines.

Vous trouverez toutes les informations sur le site de www.performanceweb.ch 

 

Facebook Ads, un merveilleux outil publicitaire

Facebook Ads – La publicité sur Facebook

Si vous avez déjà ouvert une page Facebook, vous vous êtes vite rendu compte que vous étiez dans l’obligation d’investir dans la promotion payante de vos statuts afin que ceux-ci soient visibles par vos fans. En plus de devoir payer pour créer du contenu, vous devez payer pour que ceux-ci soit visibles. Facebook ayant bridé son algorithme, vous n’avez pas vraiment le choix…

Facebo

Le but sur Facebook est de faire grandir son nombre de « j’aime » et l’engagement de son audience, mais au final on ne fait que développer une communauté qui concrètement ne nous appartient pas. Le risque, lorsque l’on sait que Facebook a la possibilité de changer à tout moment les règles d’utilisation, c’est que sa communauté devienne inexploitable du jour au lendemain. Raison pour laquelle investir du temps et des moyens sur une plateforme dont on ne contrôle rien ne va pas sans poser de problèmes.

Heureusement l’utilisation des Facebook Ads ne se limite pas à la promotion de statuts, la recherche de « likes » ou d’engagements supplémentaires. Et c’est là que Facebook devient un outil merveilleux pour les publicitaires.

La plateforme propose plusieurs alternatives intéressantes, selon l’objectif visé : augmenter le nombre de visites sur un site, réaliser des achats ou des actions sur un site web, installer une application, réaliser des ventes dans une boutique en ligne, inviter des personnes à un événement, etc.

 Lorsqu’un annonceur choisit de créer une publicité sur Facebook, il peut opter pour une audience ciblée en définissant ses objectifs et les critères des personnes visées par la campagne. Le grand avantage de Facebook, par rapport aux autres plateformes publicitaires, c’est qu’ici on vous permet de définir une cible de manière très précise avec des critères socio-démographiques comme l’âge, le sexe, la région, la langue, etc. On reproche régulièrement à Facebook de connaître trop de choses sur votre vie privée, mais pour les marketeurs que nous sommes c’est une mine d’or ; encore faut-il bien l’utiliser.

Facebook Ads: Tester et optimiser 

Mettre en ligne une campagne publicitaire sur Facebook n’est pas très compliqué. Par contre, avoir une campagne qui fonctionne exige du travail ! Pour arriver à obtenir des résultats intéressants, il faut tester, creuser, analyser, recommencer et persévérer.

Première étape : définir un objectif et une cible. Rien ne sert de partir à la pêche au gros, restez prudent et faites des tests en fragmentant votre cible principale en petites cibles. Ainsi, par exemple, si vous ciblez les femmes entre 20 et 30 ans vivant en Suisse romande, il serait judicieux de tester la même publicité auprès d’une cible de 20 à 23 ans, de 24 à 27 ans et une autre de 27 à 30 ans. Vous comparerez ensuite les résultats pour voir ceux qui performent. Faites de même pour le choix des régions, l’utilisation du mobile et du desktop ou d’autres critères. Il vous faudra ensuite mixer plusieurs segmentations, mettre des messages différents en utilisant le même visuel et poster des visuels différents en gardant les mêmes messages, l’idée étant de trouver le meilleur message pour chaque cible. On le comprend, ceci prend du temps, mais si la démarche est bien faite, les résultats seront au rendez-vous.

Un autre conseil important : ne travaillez pas uniquement avec le gestionnaire de publicité. Lorsque vous créez une annonce, vous pouvez le faire soit via ce gestionnaire de publicité, soit via Power Editor. Si vous ne l’avez pas encore essayé, il est temps de tester Power Editor. Bien qu’il soit un peu plus compliqué à appréhender, ce dernier outil vous permet d’avoir accès à certaines options qui ne sont pas disponibles dans le gestionnaire de publicité. C’est donc un outil indispensable.

Comment mesurer la réussite de votre publicité sur Facebook ?

Lors de la diffusion de votre publicité, vous pouvez voir le nombre de personnes qui ont effectué une action, le nombre de personnes impactées par la publicité et le taux de réussite en fonction du budget et de l’audience.

Le gestionnaire de publicité permet, également, de comptabiliser le nombre d’internautes redirigés vers votre site web. Par un code intégré sur la page web (pixel de conversion), vous pourrez vérifier le nombre de personnes qui ont effectué un achat ou une action sur votre site. Il est donc possible de mesurer son ROI et d’ajuster en conséquence les montants investis. Le Saint Graal de tout publicitaire !

Facebook vous permet de contrôler le budget associé à la campagne publicitaire à tout moment. Il vous suffit de choisir votre budget et Facebook s’engage à ne jamais facturer au-delà du montant sélectionné. Il est aussi possible d’opter pour un budget global, la publicité sera alors diffusée jusqu’à ce que le budget soit atteint ou la date de la diffusion soit expirée. Aucune surprise !

Pour une meilleure optimisation du budget marketing, Facebook a mis en place des enchères optimisées. La publicité est diffusée aux personnes les plus susceptibles d’agir. Ainsi, si le but de la publicité est d’augmenter le nombre de visites d’un site, la publicité ne sera diffusée qu’aux personnes pouvant éventuellement visiter le site en question. Une fois que vous aurez fait les tests décrits plus haut, vous saurez sur quelles cibles il vous convient d’investir.

En conclusion, vous l’aurez compris, Facebook peut s’avérer un canal publicitaire très performant, du moment que vous prendrez le temps de bien tester les différentes options existantes et de ne pas vous limitez uniquement à la promotion de statuts ou la recherche de « likes » supplémentaires.

Article rédigé pour Cominmag.ch

Performance Web – Vendredi 20 mai 2016 à Genève

Conférence Performance Web

Après avoir organisé avec succès le SEO Camp Genève l’année dernière, nous avons décidé de créer une nouvelle structure afin de pouvoir organiser un événement encore plus important cette année. Pour cela, nous avons changé de nom et crée une nouvelle association: Performance Web.

Performance Web est une journée de conférences qui aura lieu cette année le vendredi 20 mai 2016 à Genève.
Cette journée sera dédiée aux métiers du web: SEO, SEA, Analytics, e-mail marketing, sécurité, medias sociaux, etc….  L’événement du 20 mai proposera des conférences sur toutes les techniques liées à la performance sur Internet. Des intervenants connus pour leur savoir faire viendront vous exposer leurs meilleures techniques.

Performance Web

 

Performance Web

Pas de moins de 15 intervenants:

  • Stéphane Koch
  • Laurent Bourrelly
  • Paul Sanches
  • Kévin Richard
  • Christian Méline
  • Sandrine Bertrand
  • Julien Jimenez
  • Nicolas Pittet
  • Raphael Doucet
  • Vincent Lehmann
  • Yannick Bouvard
  • Sabine Dufaux
  • Zineb Ait
  • Blaise Reymondin
  • Sylvain Peyronnet

Le programme complet ainsi que toutes les informations sont disponibles sur: Performance Web.

Le tarif d’entrée en Early Bird est fixé à CHF 120.-. Ne tardez pas à prendre votre billet car nous étions complet l’année dernière un mois avant l’événement.

Inauguration des nouveaux locaux

Un grand remerciement à ceux qui sont venus hier soir pour l’inauguration de nos nouveaux locaux avec Relax in the Air et Théorème Communication. Nous avons été ravis de vous recevoir aussi nombreux. En espérant que ceux qui n’ont pas pu se joindre à nous cette fois-ci, seront présents lors d’une prochain occasion.

 

inauguration

Opération d’acquisition de leads et de visibilité pour Visilab

Pour toucher, séduire et renforcer l’image de Visilab auprès d’un public plus jeune et particulièrement volatile, une campagne d’acquisition online a été lancée par trois agences: Xenoht.net, Relax in the Air et Théorème Communication, en s’appuyant sur la notoriété de la skieuse Lara Gut, jeune ambassadrice de la marque.

Par l’intermédiaire d’un dispositif construit sur le web et les réseaux sociaux, l’opération consiste à sélectionner deux co-ambassadeurs – fille et garçon – qui figureront aux côtés de la championne pour la campagne Visilab 2016.

Les trois agences-conseil ont parfaitement exploité leurs synergies pour proposer un mini-site memyglassesandi.ch. Celui-ci permet à toute personne âgée de 18 à 29 ans résidant en Suisse de s’inscrire et de partager son profil afin de récolter des votes en sa faveur. Chaque candidat a la possibilité d’enrichir son profil en connectant son compte Instagram et en postant ses photos depuis la plateforme, en utilisant simplement le hashtag #memyglassesandi.

C’est une opération qui est d’ores et déjà une réussite trois jours après son lancement, les inscriptions et la participation sont très importantes.

Depuis début septembre, Xenoht.net partage les locaux avec les agences Relax in the Air et de Théorème dans l’ancienne usine de la SIP, au cœur du quartier des Bains à Genève. Chaque agence gare leur totale indépendance. Les trois structures n’en affirment pas moins la volonté de multiplier ce type d’expérience où leurs savoir-faire complémentaires sont un atout puissant pour toute campagne associant communication traditionnelle et digitale. D’autres projets sont d’ores et déjà dans le pipeline.
MeMyGlassesAndI

MeMyGlassesAndI

 

 

 

Etude sur les critères de référencement

Quels sont les critères de référencement ?

Quels sont les critères qui aident à mieux positionner son site internet sur les moteurs de recherche ? C’est à cette question que l’étude SEO Factors réalisée par Yannick Bouvard, au mois de mai, tente de répondre.

SEO Factors est une recherche effectuée dans le but de déterminer les facteurs les plus influents dans le domaine du référencement. Ce qui explique pourquoi ce qui compte ici c’est l’expérience et les opinions d’experts du référencement.

Ce travail a été conçu sous forme d’un sondage adressé à 46 professionnels du SEO francophones. Afin de crédibiliser cette première édition, tous ont été sélectionnés sur la base de leur expérience dans le domaine. 63 critères leur ont été soumis, auxquels ils devaient attribuer une note allant de 0 à 100.

Outre le désir de découvrir le classement des 10 critères les plus pertinents du référencement, l’étude SEO Factors avait également pour objectif de faire émerger les facteurs qui pourraient susciter des désaccords entre les professionnels de la branche.

En ce qui concerne la méthode d’analyse, on a cherché ici fournir des résultats objectifs entièrement lisses en enlevant les 10 % de votes maximal et minimal. Ne se prétendant nullement exhaustive, cette étude est toutefois représentative compte tenu de la qualité de son panel.

Quels sont les 10 critères de référencement les plus importants:

  1. La balise
  2. La qualité des liens dofollow
  3. Le contenu original
  4. L’autorité du domaine
  5. Les ancres de liens
  6. La pertinence des domaines référents
  7. La diversité des ancres de liens
  8. Le maillage interne
  9. Le nombre de domaines référents
  10. La balise H1

Au regard de cette liste, il n’y a pas vraiment de surprise. Ces sont des critères connus. L’absence de surprises confirme la pertinence de ces critères.

Top-5-critères-seo

 

 

 

À l’inverse, il y a des facteurs qui sont considérés comme étant peu importants par ces experts du SEO. Ce sont notamment : « WHOIS public », « Google Authorship », « Google Analytics » et le site vérifié dans « Google Webmaster Tools / Search Console ». Dans la même mesure, l’efficacité du « HTTPS » et la priorité dans le fichier « SiteMap » sont encore jugés comme étant peu pertinents par les professionnels du référencement.

Autre point très intéressant de l’étude, la confirmation que les partages sur les réseaux sociaux ne sont pas un critère important, avec un score de 30 sur 100.

Lorsqu’on regroupe les critères par catégorie on retrouve, sans surprise, en première place le « contenu » et les « liens » comme les deux catégories les plus importantes. En rajoutant les « aspects techniques », les 3 piliers du référencement se confirment (cf ma dernière chronique).

Si vous travaillez dans le référencement, les résultats de cette étude ne devraient pas être une suprise pour vous. Par contre, elle est très utile pour casser les mythes qui ont tendance à circuler notamment à propos des partages sur les réseaux sociaux censés être un critère très important dans le référencement d’un site web.

Il sera intéressant de voir l’évolution de cette étude dans les années à venir afin de suivre quels seront les critères du moment. Car dans le monde du SEO, ce qui est valable aujourd’hui ne le sera pas forcément demain.

Les résultats complets de l’étude: http://www.seo-factors.com/fr/

Article rédigé pour Cominmag.ch

Comment fonctionnent les enchères sur Google AdWords ?

Le fonctionnement des enchères sur Google AdWords

Google AdWords est une solution publicitaire qui permet de faire apparaître une annonce sur le moteur de recherche Google. Il ne s’agit pas d’achat d’espace, ici vous êtes uniquement facturé au clic, lorsqu’un internaute sélectionne votre annonce. Aujourd’hui de nombreuses entreprises et marques utilisent cette plateforme publicitaire, ce qui a engendré une forte pression sur l’achat des mots clés. Résultat : pour gérer cette concurrence, Google utilise un système d’enchères.

Comment cela fonctionne-t-il ?
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas celui qui dépensera le plus qui obtiendra la meilleure position avec son annonce. Heureusement d’ailleurs, sinon aucune petite structure ne pourrait s’offrir de la visibilité sur AdWords. Par conséquent, Google, afin de donner ses chances à tout le monde, a fait en sorte que le CPC (coût par clic) payé soit déterminé par plusieurs facteurs.

La formule magique de Google
Voici les trois éléments qui définissent le prix et le classement :

  • L’enchère au CPC max
    Le CPC max est le montant maximum que vous êtes prêt à payer pour vos mots clés. C’est l’élément qui va vous permettre de vous positionner par rapport à vos concurrents. Google ne vous facturera jamais plus que le montant que vous avez fixé lors d’un clic sur votre annonce. Votre enchère ne doit donc pas être trop basse si vous souhaitez être visible par rapport à vos concurrents.
  • Le Quality Score
    Google a crée le Quality Score (niveau de qualité) afin d’éviter que les enchères ne soient gagnées uniquement par l’annonceur qui mettra l’enchère au CPC max la plus haute. Il fonctionne avec une note de 1 à 10, 10 étant la meilleure note. Cette note est attribuée à la totalité de vos mots clés. Le Quality Score va avoir un impact majeur sur le prix du CPC max.
  • Ad Rank: la position de votre annonce
    Google affiche en moyenne entre 8 et 10 annonces sur une page de résultats de recherche.

Il y a deux zones pour ces annonces:

  • La zone premium: il s’agit de la zone en haut de page avant les résultats naturels. Elle peut contenir jusqu’à trois annonces. C’est dans cette zone que le CPC vous coûtera le plus cher, mais c’est généralement celle qui vous apportera le plus de clics.
  • La zone standard: elle se situe dans la colonne de droite ou en bas de page. Les CPC y sont normalement moins élevés que dans la zone premium.

Ainsi, plus vos annonces sont proches des premiers résultats et plus le CPC que vous allez devoir payer sera élevé. Pour calculer la position de votre annonce et donc le classement de celle-ci par rapport à la concurrence, il faut faire le calcul suivant:

adrank

 

 

 

 

 

 

 

Il est donc primordial de ne pas avoir uniquement un CPC maximum plus élevé que celui de vos concurrents, mais de faire également un vrai travail afin d’améliorer votre Quality Score.

Google AdWords n’est donc pas aussi simple d’utilisation qu’il y paraît. Si l’on vise une campagne performante (budget minimum pour impact maximum), on doit maîtriser autant la sémantique et le message que les mathématiques. Ce qui explique que bien des marques passent par des agences alors que le service de Google Adwords est gratuit.

 

Article rédigé pour Cominmag.ch

SEO Camp Genève 2015 – Les présentations et comptes rendus

 

En tant qu’organisateur, il m’est impossible de faire un compte rendu du SEO Camp. Tout d’abord, parce qu’il ne serait pas objectif. Ensuite, mon attention se portait plus sur l’organisation de la journée afin que tout se passe le mieux possible pour les participants et les intervenants, que sur les conférences. Mais ayant pu discuter avec les intervenants et pas mal de participants, visiblement la journée a été un succès, j’ai reçu plus de compliments et de remerciements que des critiques. Ca fait très plaisir.

Après des mois passés à l’organiser, je suis très content de constater que les efforts ont payés.

 

Alors plutôt que d’essayer de faire un compte rendu non objectif, je souhaite vraiment remercier:
  • les membres de l’équipe d’organisation de l’événement et de l’association: Yannick, Arnaud, Jérôme, Hasni, Priscillien et Nathalie, avec lesquels j’ai organisé cette journée. Un vrai travail d’équipe qui s’est fait dans une très bonne ambiance.
  • les intervenants qui ont tous répondu présent lorsque je les ai sollicité pour participer à cet événement. Il est important de rappeler que les intervenants ne sont pas payés ni défrayés pour leur participation. Ils sont tous venus (parfois de loin) avec des présentations de très grandes valeurs. Un grand merci à eux.
  • nos partenaires, on les oublie souvent mais sans eux l’événement serait difficilement réalisable ou alors à un prix prohibitif.
  • et pour finir un GRAND merci aux participants qui nous ont fait confiance. Nous étions complets un mois avant l’événement, c’est une vraie preuve de confiance.
Pour ma part, j’ai constaté plusieurs points d’amélioration pour la prochaine édition, car oui, je vous le confirme, il y aura une édition du SEO Camp Genève en 2016. Nous ferons encore mieux au niveau l’organisation et du programme.

 

Vous retrouverez ci-dessous les différentes présentations des intervenants ainsi que les comptes rendus de participants. C’est toujours plus objectif d’avoir des comptes rendus de participants que celui de l’organisateur finalement 😉

 

N’hésitez pas à faire un compte rendu si vous êtes venu et me faire part de tout ce que l’on pourrait faire pour améliorer la prochaine édition.

 

Merci à vous encore une fois et RDV en 2016.

 

Les photos du SEO Camp Genève 

 

Aurélien Berrut:

 

MC Casal:

 

Yannick Bouvard:

 

Sylvain Peyronnet: 

 

Muriel De Dona:

David Labouré:

 

 

Les comptes rendus:

 

Si vous avez fait un compte rendu de l’événement, n’hésitez pas à me le mentionner que je le rajoute à la liste.

 

Les Tweets:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les piliers du référencement naturel | SEO

Quels sont les piliers du référencement ?

On me demande régulièrement ce qu’on doit faire pour être numéro 1 sur Google. Autant le dire tout de suite, il n’y a pas de recette miracle et aucune assurance risque pour être premier, même si vous suiviez toutes les directives prodiguées dans l’importante littérature consacrée à ce sujet. Il n’est donc pas possible de donner une liste exhaustive des points à suivre dans un simple article d’une page ; néanmoins il peut être utile d’expliquer les trois piliers sur lesquels le référencement repose.

I. Premier pilier du référencement : la technique et l’accessibilité

Avant de constater si votre site est bien positionné sur Google, la première démarche consiste à s’assurer que les moteurs de recherche l’ont bel et bien indexé. Pour ce faire, il suffit de taper l’url dans Google (site : www.exemple.ch) et de regarder les résultats qui en ressortent. Le nombre de pages doit être à peu près équivalent à celui de votre site. S’il y en a beaucoup moins, cela signifie que celui-ci a peut-être un problème d’indexation. Si vous ne trouvez aucune page, cela veut dire que votre site n’est pas indexé actuellement par Google.
L’outil Google Webmaster Tools permet (s’il est installé) de savoir où se situe exactement le problème d’indexation. Cet outil gratuit est facile à mettre en place. Il est également important de s’assurer que le fichier Robots.txt a été créé et configuré correctement, et qu’il n’interdit pas l’accès du site aux moteurs de recherche.

II. Deuxième pilier du référencement : le contenu

Aujourd’hui, tous les contenus d’un site Internet doivent être de qualité pour apporter un bénéfice certain aux lecteurs et pour daigner intéresser Google, ainsi que les autres moteurs de recherche. Le contenu est essentiel pour booster le référencement naturel d’un site Web. Or la difficulté consiste à parvenir à intéresser les lecteurs (et à les fidéliser) tout en intéressant les moteurs de recherche qui n’ont pas forcément les mêmes critères d’évaluation. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’adopter un style d’écriture spécifique au Web, et de produire des informations intéressantes et utiles pour les internautes. Lorsque vous rédigez son contenu, vous avez en fait deux cibles : vos lecteurs et les moteurs de recherche.

Les contenus doivent être structurés, avec titres et sous-titres (H1, H2, H3…), et les balises métas doivent être complétées de manière pertinente et attrayante. Ils doivent comprendre des liens entrants et des liens sortants. Chaque texte doit être unique : Google sanctionne le « duplicate content », c’est-à-dire le contenu copié-collé. Pour qu’un site Internet soit bien positionné, il est également important de tenir compte des mots-clés lors de sa rédaction. Certaines expressions doivent être intégrées naturellement aux textes, et répétées suffisamment (sans exagération tout de même), afin de permettre à Google d’identifier les sujets et thèmes abordés par le site Internet, et de l’indexer correctement pour les internautes dans ses résultats de recherche. Bien entendu, il est important de dédier à chaque page du site une fonction, un référencement spécifique et donc des mots-clés différents qui seront chaque fois liés à la thématique abordée.
Enfin, il est absolument nécessaire de mettre régulièrement à jour les contenus du site. Celui-ci ne doit pas rester statique, il doit vivre à la fois pour intéresser les lecteurs et pour signaler à Google que le site en question est dynamique.

III. Troisième pilier du référencement : La popularité et les liens entrants

Pour être jugé crédible par Google et l’ensemble des moteurs de recherche, un site doit être populaire. Cela signifie en premier lieu qu’il doit compter de très nombreux lecteurs qui vont générer du trafic sur le site. Mais il lui faut également être « conseillé » par d’autres sites traitant du même type de thématique, qui soient eux-mêmes crédibles. Cette confiance / caution est matérialisée par le biais de liens entrants ou backlinks. Plus il y a de backlinks sur un site, provenant de sites estimés de qualité par Google, mieux votre propre site Web est référencé. La problématique est de savoir qu’est-ce qu’un site de qualité pour Google. La puissance d’un lien n’est pas identique à un autre suivant la provenance du site.
Afin de drainer davantage de lecteurs encore, il est également intéressant d’appliquer aujourd’hui une stratégie « social media » efficace, car cela permet d’obtenir indirectement davantage de popularité pour un site Internet.

Pour bien positionner son site Internet sur les moteurs de recherche, il est donc nécessaire d’appliquer une stratégie SEO cohérente et évolutive, qui s’appuie sur ces trois piliers du référencement. Ce n’est qu’à cette condition que l’optimisation peut être, à terme, satisfaisante.

Article rédigé pour Cominmag.ch

SEO Camp Day Genève – Vendredi 22 mai 2015

Le premier Search Marketing Event francophone en Suisse.

Cela fait plusieurs années que je souhaitais organiser un SEO Camp à Genève, mais pour différentes raisons cela n’a pas été possible jusqu’à cette année. Je suis donc très heureux de pouvoir annoncer le programme de ce premier SEO Camp à Genève. Cet event a vocation de rassembler les personnes travaillant ou souhaitant travailler dans le marketing sur Internet en Suisse romande et dans les départements français de l’Ain, la Haute Savoie et la Savoie.

Je co-organise cette journée avec Yannick Bouvard (@yeca) et d’autres personnes de la région.

SEO Camp Genève

Le programme est dense avec 10 conférences de prévues pour seulement 50 euros , c’est à dire 5 euos la conférence, du jamais vue dans la région.

Le programme du SEO Camp Genève

Matin
8h45-9h15: Accueil
9h15-9h30:  Introduction  – Présentation de la journée et de l’association par Hasni Khabeb.
9h30-10h15: Aurélien Berrut – Chirurgie SEO : Solution répulsive contre les pandas
10h15-10h45: Alain Pezzoni – Plateforme muti-canal et attribution, le Graal du marketeur !
10h45-11h00: Pause 
11h00-11h45: MC Casal – UX: 10 commandements pour retenir vos utilisateurs
11h45-12h30: Kévin Richard – Etudier la stratégie de netlinking de ses concurrents
12h30 – 14h00 : Pause déjeuner libre
Après -Midi
14h00-14h15: Yannick Bouvard – Présentation des résultats de l’étude sur les critères de référencement
14h15-15h00: Sylvain Peyronnet – Outils statistiques pour le webmarketing
15h00-15h30: Muriel de Dona – La qualité web au service du SEO
15h30-16h00: David Labouré – Intérêts et impacts des médias sociaux pour les chaînes de télévision
16h00-16h15: Pause
16h15-17h00: Paul Sanches – Les 50 nuances de grey du SEO
17h00-17h45: David Scholberg et Sujati Lo – Digital Bodyguarding: La protection sur internet pour personnes et sociétés en 2015

J’espère que vous serez nombreux à participer car c’est une journée qui est organisée pour vous, et qui ne peut exister sans vous.

Si vous avez la moindre question sur l’organisation du SEO Camp de Genève, n’hésitez pas à prendre contact avec moi via Twitter @patrickchareyre ou par email: contact(@)xenoht.net

Le programme complet: http://www.seo-camp.org/seocamp-day-geneve-vendredi-22-mai-2015-6073

Pour s’inscrire cela se passe ici: https://www.weezevent.com/seocamp-day-geneve

Google Shopping: Montrez vos produits sur Google

Comment montrer vos produit sur Google AdWords

Saviez-vous que pouviez faire apparaitre vos visuels de produits directement dans les résultats de recherche de Google ?

Google AdWords propose la promotion de vos produits à l’aide d’un type de campagne bien précis, les campagnes shopping. Les campagnes shopping diffusent des annonces pour une offre de produit dans une zone dédiée (différente de celle consacrée aux annonces textuelles) sur le réseau de recherche de Google, sur les sites de certains de ses partenaires et sur Google Shopping. Les annonces permettent d’afficher un ensemble de produits pertinents en réponse à une recherche. A noter que Google Shopping ne s’adresse qu’à des produits, il n’est pas possible de mettre en avant la vente de services par exemple.

Une annonce se compose d’un nom de produit, d’un prix, d’une URL de site internet et d’un texte promotionnel.

Voici un exemple de résultats pour la requête « machine à café » sur Google:

Par le passé, Google Shopping était gratuit et il donnait la possibilité aux marchants d’être présents sur des requêtes (mots-clés) assez facilement et donc sans payer. Google Shopping est devenu payant et il vous faudra payer au coût par clic vos futurs acheteurs.

Les avantages de l’utilisation de campagnes Google Shopping

Une plus grande visibilité: Google Shopping permet de multiplier les affichages sur les résultats de recherche. Vous allez pouvoir diffuser vos campagnes avec le visuel de vos produits, ceux-ci auront donc une meilleure visibilité sur le moteur de recherche. De plus, il vous est possible de diffuser vos annonces textuelles Google AdWords classiques en même temps. Ceci vous permettra donc d’être visible deux fois sur Google, voir trois fois si vous êtes bien positionné au niveau du référencement naturel. Certains annonceurs arrivent à récupérer presque 70% des clics d’une page avec un triple affichage.

Des prospects qualifiés: Dans vos annonces, en mettant en avant un visuel du produit, un titre et un prix, vous avez plus de chances que les internautes cliquent sur vos annonces soient encore plus qualifiés qu’avec des annonces classiques.

Lancer une campagne Google Shopping

Il y a quelques pré-requis pour lancer une campagne Shopping.

Il faut d’abord associer son flux produit Google Shopping via le Google Merchant Center, puis lier son compte AdWords avec Merchant Center.

Google shopping correspond à la vitrine de vos produits tandis que Google Merchant Center en est l’arrière-boutique ou le dépôt.

Afin d’être présent sur Google Shopping vous devez disposer d’un flux produit adapté à Google Shopping. Ce flux est assez compliqué techniquement et s’il n’est pas correctement construit il est refusé par Google.

Ce qui change d’une campagne classique sur Google AdWords

Google Shopping ne fonctionne pas avec des mots clés.

A la place de mots clés, les annonces pour une offre de produit utilisent les flux de produits qui proviennent de votre compte Merchant Center existant pour déterminer les modalités d’affichage de vos annonces et de leur emplacement. Dans ce flux de produits se trouve les informations relatives aux produits que vous vendez.

Lorsque vous rédigez vos annonces, il faudra soigner le titre et l’image. En dehors du prix, ces sont les éléments qui ont le plus d’influence sur la décision d’un internaute à cliquer ou non sur votre annonce.

Combien ça coute ?

Comme pour les autres campagnes sur Google AdWords, vous payez uniquement lorsque un internaute clique sur votre annonce. Vous allez définir un cout par clic (CPC) maximum que vous êtes prêt à payer pour un clic sur votre annonce produit. Vous gardez donc la maitrise de vos coûts. Par contre suivant le produit que vous vendez, le CPC pourra être assez élevé.

Et si il fallait encore un argument pour vous convaincre de l’utilité des campagnes Google Shopping, il suffit de lire les résultats d’une étude réalisée par Adobe Digital Index publiée début octobre. Selon cette étude, les investissements ont augmenté de 35% sur Google Shopping en seulement une année. C’est la meilleure progression dans les dépenses en formats publicitaires sur les moteurs de recherche. Les analystes attendent encore une progression de 15 à 25% pour l’année prochaine. Et vous, vous qu’attendez-vous ?

Article rédigé pour Cominmag.ch

Google AdWords: comment faire revenir vos internautes ?

Google AdWords Remarketing

Pour les professionnels du web et de l’e-commerce, capter l’audience et la fidéliser est un enjeu de première importance. C’est pourquoi il est important de pouvoir disposer d’outils permettant de délivrer la bonne publicité au bon internaute, et au bon moment. Le ciblage comportemental, pratique désormais établie dans le domaine du webmarketing, consiste à proposer des contenus promotionnels en fonction du comportement des internautes, identifiant ainsi les intérêts de chacun. Non seulement cette pratique permet-elle la diffusion chirurgicale de contenus promotionnels, son autre intérêt réside dans le fait qu’elle peut être faite indépendamment du site sur lequel se trouve votre cible.

Le remarketing est une technique de ciblage publicitaire des visiteurs d’un site web : l’objectif est alors de reprendre contact avec un internaute après son passage sur un site web, lui rappelant ainsi les pages qu’il a visitées et les produits qui ont pu l’intéresser. Lorsque l’internaute quitte le site, il est alors recontacté quelque part ailleurs sur le web au hasard d’une visite. L’atout principal de cette technique est que ces annonces sont la plupart du temps personnalisées, l’internaute se rappelant alors éventuellement ce qui a pu l’intéresser sans avoir pu finaliser la commande.

 Le remarketing via Google AdWords, comment ça fonctionne ?

La technique est relativement simple : grâce à la balise remarketing dynamique de Google (sous la forme d’un bout de code), à insérer dans chacune des pages de vos sites, vous pouvez réaliser des campagnes très pertinentes. Il ne vous reste plus qu’à élaborer des listes via Adwords, pour personnaliser au maximum votre campagne.

Il existe aujourd’hui plusieurs techniques de remarketing :

  • Le remarketing standard : cette technique permet de diffuser des annonces auprès d’anciens visiteurs du site, sur d’autres sites web ainsi que sur des applications du Réseau Display de Google.
  • Le remarketing dynamique : cette méthode permet de diffuser des annonces dynamiques comprenant les services et produits que d’anciens visiteurs ont consultés sur le site, lorsque ceux-ci visitent des pages web et des applications du Réseau Display.
  • Le remarketing pour les applications de type mobile : il s’agit ici de diffuser des annonces auprès d’un public de mobinautes qui ont préalablement visité votre site en utilisant les services d’une application ou d’un site web mobile. Lorsqu’ils parcourent d’autres contenus ailleurs sur le web, les annonces apparaissent.
  • Le remarketing pour les annonces du Réseau de Recherche : personnalisez votre campagne au moyen d’annonces que vous diffuserez à vos anciens visiteurs, lorsqu’ils effectuent eux-mêmes des recherches sur Google pour les produits et services dont ils ont besoin, après avoir quitté votre site.
  • Le remarketing vidéo : à partir de Youtube, d’autres sites web et applications faisant partie du Réseau Display, vous pouvez diffuser des annonces auprès d’un groupe d’utilisateurs qui ont récemment interagi avec vos propres vidéos et votre chaîne Youtube.

Si le remarketing sert essentiellement à dynamiser, voire à accroître les ventes d’une activité e-commerce, il peut également devenir une composante stratégique essentielle dans la recherche du retour sur investissement pour tous les annonceurs en quête de la campagne promotionnelle idéale. Le remarketing intervient alors dans le cycle de vie du client sur Internet à plusieurs étapes :

  • Lorsque le client est prêt à acheter : il est alors possible d’utiliser les compétences d’Adwords de Google pour rediriger au moment opportun la clientèle, lorsque celle-ci est la plus disponible pour agir concrètement sur l’acte d’achat.
  • Lorsque le client ou le groupe de clients abandonne son panier virtuel, ou n’a pas encore confirmé sa transaction : dans ce cas comme dans d’autres, il est alors possible de créer des listes spécifiques dans le but d’atteindre des objectifs publicitaires particuliers.
  • Lorsque le client utilise la recherche Google : vous pouvez alors toucher une audience plus large, lorsque celle-ci inscrit sa recherche dans le Réseau Display de Google.

Pour comprendre le fonctionnement du remarketing dans la réalité des faits, prenons par exemple le cas d’une boutique e-commerce traditionnelle. Le client est alors à la recherche d’une expression clé qui pourrait être « Chaussures pour femme » et se retrouve dans la catégorie correspondante sur votre site. Vous pouvez alors envisager d’ajouter ce client à une liste, qui recevra par la suite des annonces pour des produits similaires, partout à l’intérieur du Réseau Display de Google qui comprend d’autres sites web et applications.

Le remarketing est donc une piste très intéressante afin d’atteindre à nouveau les internautes ayant visité votre site, ce qui équivaut à avoir une 2ème chance pour vendre votre produit ou service, chose rare dans le commerce de nos jours.

Article rédigé pour Cominmag.ch

Partenariat Xenoht.net et breew

C’est la rentrée, et comme chaque bonne rentrée, il y a des nouveautés.

Aujourd’hui, je suis très content d’annoncer mon partenariat avec breew.com. C’est un partenariat qui fait sens car nous sommes très complémentaires: breew dans la production de contenu vidéo et moi dans la promotion de ceux-ci sur le web. De plus, venant de passer la nouvelle certification avancée Google vidéo (très peu d’agences l’on fait pour le moment), notre offre est totalement exclusive en Suisse.

Voici le communiqué officiel de ce partenariat:

Xenoht.net, spécialiste de l’acquisition de visibilité sur Internet et breew.com, créateur et diffuseur de contenus vidéo sur Internet, viennent de finaliser un partenariat portant sur l’optimisation et la planification de la stratégie de création et de diffusion de contenus vidéo. Une alliance qui s’annonce très intéressante pour l’amélioration de la performance d’un site Internet sur les moteurs de recherche et de sa visibilité sur le Web.

De la création à la diffusion en passant par la promotion de contenus vidéo professionnels et créatifs, les deux spécialistes de la communication digitale proposent, dans le cadre de ce partenariat, une solution multimédia complète et prête à diffuser, en parfait accord avec les objectifs de communication et commerciaux des clients. Pour assurer une forte visibilité et une notoriété garantie à tous les sites web, le spécialiste du marketing digital et l’agence suissesse unissent également leur force et leur savoir-faire pour développer une solution innovante de la promotion de contenus vidéo, que ce soit sur la scène régionale, nationale ou mondiale.

Conscients des enjeux que représente la vidéo sur l’image d’une marque ou d’une entreprise, ils ont relevé le défi de trouver une solution afin de créer et de diffuser une grande variété de contenus à valeur ajoutée capables de stimuler l’esprit et les émotions de ceux qui les regardent. L’objectif est d’augmenter le nombre de vues de contenus afin de contribuer à la performance de ceux-ci sur les moteurs de recherche et de faciliter la promotion des services et/ou des produits cibles qui influera le fond et la forme des vidéos.
 
En plus, grâce à la certification Google sur la publicité vidéo de Xenoht.net (une des premières certifications en Suisse) et de son partenariat, breew.com devient un acteur majeur de la création et de la diffusion de contenus vidéo. C’est le partenaire idéal pour se faire une place sur Internet, notamment sur Youtube.

A propos de breew.com


L’agence est dirigée par Thierry Weber et est à la pointe des technologies de la communication digitale. Ses spécialistes en contenu vidéo proposent des solutions taillées sur mesure en fonction des souhaits et exigences des clients.
 

A propos de Xenoht.net


Patrick Chareyre est spécialisé dans l’acquisition de visibilité sur Internet. Il est expert Google AdWords certifié, expert en référencement naturel et dans la gestion des médias sociaux. 

Certification avancée sur la publicité vidéo – Google AdWords

Certification Google vidéo – Google AdWords

Je viens de passer la nouvelle certification de Google sur la publicité vidéo. Lancée en Europe au mois de juin dernier, la certification avancé sur la publicité vidéo couvre des concepts élémentaires et avancés propres à YouTube et au Réseau Display de Google.

Pour passer cet examen, il faut déjà avoir obtenu la certification Google AdWords (avoir réussi l’examen sur les principes de base d’AdWords ainsi que l’un des deux examens avancés : publicité sur le Réseau de Recherche ou publicité display). Le pourcentage de bonnes réponses exigé pour réussir cette certification est de 85% ce qui est relativement élevé. L’examen compte 74 questions (QCM et des questions vrai ou faux) et vous avez 90 minutes pour finaliser l’examen. A noter, comme pour les autres examens AdWords, vous passez d’une question à une autre sans pouvoir revenir en arrière, il faut donc s’assurer de bien répondre avant de passer à la question suivante. C’est un examen type, très similaire aux autres examens pour la certification AdWords.

J’ai passé cet examen car la publicité vidéo prend de plus en plus d’importance, et il me paraissait intéressant de valider mes connaissances du sujet par une certification. C’est chose faite. Il faudra, comme pour le reste de la certification AdWord,s repasser les examens l’année prochaine pour garde ma certification.

Toutes les informations sur l’examen Google Vidéo

 

 

Voici pour information, quelques questions de l’examen:

Créer un mot de passe efficace

Dans l’immense majorité des cas, les cambrioleurs entrent tout simplement par la porte. Bien souvent, c’est le mécanisme de la serrure qui est en cause en n’offrant que peu de résistance aux cambrioleurs. La situation est très proche dans le domaine du web où le mot de passe est la clef virtuelle ouvrant la porte sur vos données confidentielles. Même si le compte piraté ne contient pas de données sensibles, celles présentes peuvent être exploitées à des fins pouvant avoir de graves conséquences.

Les services offerts sur le web s’étant multipliés, les hackers se voient offerts autant d’occasions d’accomplir leurs méfaits. Cette menace devenue aussi réelle que permanente impose de se doter d’une protection maximale. Les données privées peuvent être récupérées de plusieurs manières par le ou les pirates informatiques

  • Le hacker pénètre dans le site par un script lui permettant d’accéder à la base de données. Dans la plupart des cas, c’est une faille de sécurité qui permet cette intrusion. Il est donc primordial que les webmasters sécurisent au maximum leurs sites pour assurer la protection des visiteurs. Permissions d’accès aux fichiers et mises à jour permettent de réduire les risques sans pour cela les éliminer totalement. De grandes entreprises sont par exemple les victimes de vols de données malgré une sécurisation pensée comme maximale. Dans ce cas, le simple utilisateur ne peut rien.
  • La présence d’un keylogger. Ce petit logiciel installé à votre insu sur votre ordinateur lors d’un téléchargement collecte les données au moment où elles sont saisies. Elles sont ensuite régulièrement envoyées vers le pirate qui n’a plus qu’à les exploiter. La présence d’un antivirus efficace est donc recommandée.
  • L’attaque dite par force brute qui est actuellement là plus répandue. Ce sont des centaines de connexions sur le site ciblé qui vont tenter d’ouvrir la porte de votre compte. À chacune d’entre elles, une combinaison différente est testée en s’appuyant sur des dictionnaires. Ceux-ci contiennent des prénoms, des noms de célébrités, des marques, des phrases connues et autres qui constituent une bonne part des mots de passe. Si le niveau des protections augmente, il faut être conscient que celui des attaques suit de près lorsqu’il ne précède pas les nouveaux « boucliers ».

C’est contre cette dernière attaque que l’utilisateur est le plus efficace en pouvant compliquer la tâche des pirates. Inutile de préciser qu’un mot de passe reprenant le prénom de l’utilisateur suivi du numéro de son département de résidence revient à entrouvrir la porte aux intrusions. Si ce style de mot de passe est aisé à retenir, il est également très facile à trouver. Il en est de même pour le mot de passe unique servant à ouvrir plusieurs comptes qu’il faut totalement proscrire.

De plus en plus de services web et de plateformes de blogs offrent la possibilité de générer automatiquement un mot de passe complexe. La première constatation est que si ce service est proposé, c’est que le risque est bien réel. Si ces mots de passe générés sont efficaces, ils sont par contre souvent difficiles à mémoriser. Il est dès lors classique que les utilisateurs modifient le mot de passé généré automatiquement par un autre plus aisément mémorisable, mais aussi bien plus facile à cracker.

Une autre faiblesse des générateurs automatiques de mot de passe est que leur code peut être détourné lors d’une attaque de style force brute. Ce même script peut en effet envoyer des milliers de combinaisons différentes en étant utilisé non pas pour sécuriser un compte, mais au contraire pour y accéder. Il existe toutefois des logiciels générant des mots de passe complexes grâce à des codes fortement cryptés.

Bien qu’efficace, reste le problème de la mémorisation des mots de passe. Pour un utilisateur naviguant régulièrement sur une dizaine de sites, un mot de passe sans aucune possibilité de mémorisation devient un véritable casse-tête.

Une solution est de créer sa propre méthode tout en sachant que le risque zéro n’existe pas. Le raisonnement repose sur le cryptage de votre mot de passe en utilisant une méthode personnalisée. Voici un exemple que vous pourrez ensuite adapter à vos propres goûts :

La première étape consiste à choisir une phrase, quelle qu’elle soit : « Comment fabriquer un mot de passe efficace ». La deuxième étape consiste à extraire la première lettre de chaque mot ce qui donne :Cfumdpe. Pour différencier chaque mot de passe en fonction du service, il suffit d’y ajouter les lettres les plus marquantes et d’y ajouter des caractères spéciaux pour le renforcer :

#Cfumdpe@Fcb pour Facebook

Cfumdpe@Amz pour Amazon
Cfumdpe@Ytb pour YouTube

Etc.

L’algorithme utilisé vous étant personnel, les scripts fonctionnant essentiellement sur une logique commune auront ainsi plus de mal à ouvrir vos portes. Libre à vous de rendre le système plus complexe en prenant par exemple la première lettre du premier mot, la deuxième du deuxième mot, etc. En appliquant ce principe à tous vos mots de passe, il est aisé de s’en souvenir puisque dicté par la phrase que vous avez choisie et à laquelle a été appliquée votre propre logique. Comme précisé précédemment, les risques ne sont pas pour autant totalement éliminés, mais sont par contre considérablement réduits.

Quand c’est gratuit, c’est vous le produit !

De plus en plus de personnes s’offusquent de l’utilisation par certains services web de leurs données personnelles à des fins commerciales. Facebook, Youtube, Google et autres sont régulièrement pointés du doigt. Comment ces sociétés osent-elles utiliser nos données pour les monétiser ?

C’est également le genre de discours que j’entends de la part de personnes travaillant dans les médias, la communication et le web ; de leur part je trouve cela d’autant plus hypocrite que la publicité les financent

On le sait bien, dans la vie rien n’est gratuit.
Pourquoi Facebook, Twitter, Google, Youtube sont-ils gratuits pour l’utilisateur ? Comment se rémunèrent ces entreprises ? C’est très simple à comprendre en fait : lorsque c’est gratuit c’est vous le produit!

Si on vous donne la possibilité d’utiliser un service gratuitement, c’est que celui-ci doit bien gagner de l’argent d’une façon ou d’une autre afin de pouvoir fonctionner. En échange de la gratuité, celui-ci va utiliser vos données d’utilisation pour les monétiser.

Il est assez amusant de constater que ceux qui souhaitent utiliser un service sans délivrer leurs datas refusent pour la plupart de payer celui-ci pour éviter ce problème.

Vous trouvez ça choquant ?
On paye pour avoir accès à certains médias (TV, radio, presse) et en plus ces médias utilisent vos données à des fins publicitaires. Il est vrai que les données sont moins précises que les données utilisées par les services web. Pourtant sur le principe cela ne choque personne.

Un journal comme 20 Minutes est gratuit parce qu’il fonctionne uniquement avec des revenus publicitaires, donc par la monétisation de son audience, donc de vos données. Vous pensez que les fichiers d’abonnés dans la presse (contenant des données très précises sur les clients) ne sont pas revendus ou échangés à d’autres sociétés ?

Qui serait prêt à payer CHF 30.- par mois pour utiliser Facebook sans publicités et donc sans l’utilisation de ses données ? Ou payer CHF 15.- pour lire Le Temps sans publicités ? On vit dans une société assez cynique où les gens veulent tout gratuitement sans contrepartie.

Il existe des extensions et autres logiciels qui permettent de bloquer les publicités sur le web et de s’assurer que votre parcours ne soit pas suisi et donc que vos données ne soient pas stockées. Pour le moment vous pouvez continuer à utiliser la majorité des services en utilisant ces systèmes de blocage, mais pour combien de temps ? Le jour ou vous ne pourrez plus utiliser Google sans livrer une partie de vos données, est-ce que vous allez arrêter d’utiliser Google ? J’en doute.

Il ne faut pas oublier non plus que les données utilisées par Facebook, par exemple, sont celles que vous avez bien voulu lui donner. Personne ne vous a obligé à partager votre vie personnelle sur ce site.

En conclusion, si Google, Facebook ou 20 Minutes sont gratuits… c’est que vous êtes le produit! Donc assumez-le, ou payez pour garder votre intimité.

Article rédigé pour Cominmag.ch

Google AdWords: Comment classer les annonces ?

Comment classer les annonces sur Google AdWords

Le principe de Google AdWords étant basé sur des enchères, on pourrait penser que l’annonceur qui paierait la somme la plus élevée aurait son annonce en première position. Mais si ce principe était appliqué, les annonceurs avec les plus gros budgets prendraient toutes les premières positions. Un petit annonceur n’aurait ainsi aucune chance de voir ses annonces bien classées, il n’aurait donc aucun intérêt à investir sur AdWords.

Il est donc important de comprendre comment fonctionne le classement des annonces afin de pouvoir améliorer la qualité de vos campagnes sur Google AdWords que vous soyez un petit ou un gros annonceur. Le classement de l’annonce va déterminer la position de votre annonce lorsque celle-ci est diffusée sur une page de résultats de recherche. Plus le classement de celle-ci est élevé, plus sa position sera élevée sur la page de résultats de recherche.

A quoi correspond la position de l’annonce ?

La position de l’annonce correspond à l’ordre d’affichage de l’annonce sur une page. La position « 3″ signifie que votre message apparaît en 3ème sur la page. Il est généralement plus intéressant d’être dans une position la plus élevée possible, car l’annonce aura plus de chance d’être vue par un plus grand nombre d’internautes. Sur une page de résultats de recherche, les annonces peuvent s’afficher en haut, sur le côté ou en bas de la page avec un maximum de 11 contenus publicitaires par page.

Comment savoir combien payer pour être en première page ?

Il faudra surveiller l’indicateur d’estimation de l’enchère de première page. Cette estimation vous indique le montant qui vous permet d’être certain que votre annonce soit diffusée sur la première page. Vous pouvez aussi savoir qu’elle est l’estimation de l’enchère de haut de page qui vous permet de connaître l’enchère au CPC nécessaire pour que votre annonce soit diffusée dans les premières positions

Quels sont les critères pour le classement des annonces ?

Ce classement est calculé en fonction du montant maximum que vous être prêt à payer pour chaque clic sur votre annonce (votre enchère) et du niveau de qualité de vos annonces, mots clés et site Internet.
Le niveau de qualité indique la pertinence et l’utilité de votre mot clé, de votre texte d’annonce et de votre page de destination par rapport à la requête de recherche de l’utilisateur. Le niveau de qualité est noté sur une échelle de 1 à 10. Google considère un bon niveau de qualité à partir de 7.

En résumé, pour améliorer la position de votre annonce, vous pouvez augmenter votre enchère ou vous concentrer sur l’optimisation de votre niveau de qualité.
Un niveau de qualité élevé s’obtient en ayant une annonce efficace, des mots clés pertinents et une page de destination cohérente en fonction des mots clés et du texte de l’annonce. Il sera donc très important de travailler sur ces différents éléments afin que vos annonces soient bien classées par rapport à vos concurrents.

Classement des annonces Google AdWords

Article rédigé pour Cominmag.ch

Social-Photo.com – Générez vos visuels de profils et couvertures

Medias sociaux: Générez vos visuels de profils avec Social-Photo.com

Lorsque vous créez  votre présence (ou celles de vos clients) sur les réseaux sociaux, un des points importants à réaliser consiste à définir les visuels de profils et couvertures, puis de les mettre à la bonne taille pour chaque réseau. C’est une opération qui peut vite prendre du temps. L’outil Social-Photo vous permet de générer les visuels de manière très rapide pour Facebook, Twitter, Google+, Linked’In, Viadeo, Instagram, Pinterest, Slideshare et Gravatar. Une fois que vous aurez redimensionnez le visuel pour chaque réseau social, vous aurez la totalité des vos visuels dans un fichier .zip.

Je vous encourage à le tester rapidement car c’est un gain de temps considérable et c’est outil est de plus …gratuit!

 

Social-Photo

Social-photo

Google AdWords: Mesurer les résultats de vos campagnes !

Vos campagnes AdWords sont-elles efficaces ?

Alors qu’il est parfois très difficile de mesurer l’efficacité d’une campagne offline, il est, par contre, très facile (et gratuit) de connaître les résultats d’une campagne de communication sur Google AdWords.

Il existe plusieurs d’indicateurs qui vont vous permettre de suivre et d’optimiser vos campagnes. Mais pour utiliser pleinement la puissance de ces indicateurs, il va falloir fixer des objectifs clairs. Car des résultats ne peuvent être bons ou mauvais que par rapport à point donné. C’est le B.A.-BA du marketing et de la communication, mais cette règle est pourtant souvent oubliée.

Quels sont les objectifs possibles sur Google AdWords ?

Il en existe beaucoup mais les principaux généralement utilisés sont les suivants:

  • La génération de trafic
  • La vente directe d’un produit ou d’un service utilisé par principalement les e-commercants.
  • La génération de leads (récolte d’adresses email par exemple)
  • La notoriété et le branding: augmentation de la notoriété et de la visibilité de votre produit ou service

Comment mesurer et surveiller ses résultats ? 

Une fois vos objectifs fixés, vos campagnes lancées, Google AdWords va vous permettre de suivre, de gérer et d’optimiser vos campagnes en fonction de vos objectifs. Pour cela, AdWords vous propose un certain nombre de KPI (Key Performance Indicator). Il existe d’autres indicateurs mais les suivants sont les principaux.

  • Impressions: Il s’agit de la fréquence de diffusion de votre annonce. Une impression est comptabilisée chaque fois que votre annonce est diffusée sur une page de résultats de recherche Google ou sur un autre site du Réseau Google.
  • Coût par clic (ou CPC) moyen : prix moyen que vous payez chaque fois qu’un internaute clique sur votre annonce. Le CPC moyen est utile lorsque vous souhaitez comparer les performances des plusieurs mots clés, campagnes, annonces, etc.
  • CTR (Click Through Rate): Le CTR correspond au nombre de clics sur votre annonce divisé par le nombre d’impressions de celle-ci. Un CTR élevé constitue une bonne indication de l’utilité et de la pertinence de vos annonces. Vous pouvez utiliser le CTR pour identifier les annonces et mots clés efficaces, et ceux ayant besoin d’être améliorés.
  • Quality score: Le niveau de qualité mesure la pertinence de vos annonces, mots clés et page de destination pour les internautes visualisant votre annonce. Des niveaux de qualité plus élevés peuvent entraîner une réduction des coûts et une meilleure position des annonces par rapport à celles de vos concurrents.
  • Position moyenne: Elle indique le classement habituel de votre annonce par rapport aux autres. Ce classement détermine l’ordre de diffusion des annonces sur la page.
  • Taux de conversion: Fréquence à laquelle un clic sur votre annonce a généré une conversion, c’est-à-dire une action que vous jugez intéressante (vente, prise de contact de la part d’un prospect ou inscription, par exemple).
  • Coût par acquisition (CPA): Le coût par acquisition vous permet d’indiquer dans AdWords le montant que vous êtes prêt à dépenser par conversion.

Le dernier indicateur clé à prendre en compte est bien entendu le ROI (Retour Sur Investissement) de vos campagnes AdWords, c’est-à-dire, le montant rapporté par vos campagnes Google AdWords par rapport à votre achat d’AdWords. Vous aurez ainsi la certitude que le budget que vous investissez se transforme en bénéfices pour votre entreprise.

En conclusion, pour utiliser efficacement Google AdWords, vous devez avoir une stratégie et être capable d’être réactif en fonction des résultats. D’où l’importance de suivre de manière hebdomadaire ou quotidienne ces différents indicateurs, afin d’optimiser vos campagnes et les rendre encore plus performantes. Sur le web, même lorsque l’on mandate une agence, on doit surveiller les évolutions comme le lait sur le feu. Vous y gagnerez en expertise !

Article rédigé pour Cominmag.ch

Le suivi de positionnement de votre site Internet

Comment faire le suivi de positionnement de votre site internet ?

Le suivi de positionnement est l’un des aspects du référencement les plus importants et les plus basiques. Pourtant il est bien souvent délaissé parce que jugé trop long à mettre en place, ou mis de côté pour ne pas avoir à juger de la qualité du travail réalisé par votre prestataire.

Différence entre référencement et positionnement

Avant d’aller plus loin, il est important de bien comprendre la différence entre le référencement d’un site et le positionnement des pages du site dans un moteur de recherche.

On peut expliquer cette différence de manière très simple en faisant une analogie avec une librairie. Si vous rentrez dans une librairie pour acheter un livre de Proust, par exemple, le livre sera certainement quelque part dans le magasin, ou en stock, mais pas forcément visible. On dira qu’il est référencé. Par contre, si vous cherchez le dernier gagnant du Goncourt, il y a de fortes chances que celui-ci soit dans le magasin et bien en vue près de l’entrée ou des caisses. On dira donc que celui-ci est référencé mais surtout bien positionné.

Référencer son site consiste juste à l’inscrire dans les moteurs de recherche afin que ceux-ci le référencent. Google va donc référencer votre site (il sera dans son index) et il va positionner les pages de votre site en fonction d’un certain nombre de critères. Votre site sera ainsi plus ou moins visible selon ce positionnement.

Vous l’aurez compris, le positionnement est plus compliqué. Il va s’agir de positionner son site internet sur des requêtes de recherche spécifiques (mots clés). Pour chaque requête, vous aurez un positionnement potentiellement différent. Ainsi, si vous vendez des maisons en Suisse romande, vous n’aurez pas forcément le même positionnement pour les requêtes « achat villa Vaud » et « achat maison Vaud » qui sont pourtant assez proches.

Le trafic que reçoit votre site web va dépendre essentiellement de son positionnement sur les moteurs de recherche. C’est pour cela qu’un suivi de positionnement est essentiel. Il va falloir vous assurer que votre site web est toujours dans le top 10 des résultats de recherche pour les mots clés que vous voulez cibler. Si vous n’êtes pas dans le top 10, vous ne serez pas en première page des résultats sur Google, par exemple, et vous perdrez forcément en visibilité et en trafic.

Si vous avez déjà essayé de suivre manuellement vos positions dans les résultats de recherche, vous avez sans doute remarqué que ça prenait énormément de temps. De plus cette action ne serait pas vraiment correcte ; Google gardant les historiques de recherche en mémoire, celui-ci va vous proposer en priorité les sites visités de manière régulière. Le positionnement sera donc faussé. Afin de vous faciliter la tâche, il existe plusieurs logiciels ou outils web qui vont pouvoir faire ce suivi pour vous. La première étape va consister à définir une liste de mots clés sur lesquels il est pertinent pour votre site d’être bien positionné. Il serait également judicieux d’aller voir comment vos concurrents se positionnent et donc sur quels mots clés.

En conclusion, l’audit de positionnement de votre site Internet est la première et indispensable étape dans votre travail de référencement. Afin de voir si votre travail porte ses fruits, il va bien falloir savoir d’où vous démarrez. Il vous faudra également faire un suivi régulier afin d’en voir l’évolution et de pouvoir corriger ce qui ne fonctionne pas totalement.

Cet article a été publié sur Cominmag.ch

Conférence sur Twitter – Event Swiss Entrepreneur Association

Je donnerai une conférence sur Twitter lors du prochain Event de la Swiss Entrepreneur Association qui aura lieu mardi 10 décembre 2014 au Ramada Encore Hôtel de Genève.
Plusieurs autres conférences sur Linked’In, le marketing, la prospection sont également prévues.  Vous pouvez retrouver le programme complet de cette journée ici: Day Event 

Il reste quelques places si vous souhaitez participer à cette journée.

Swiss Entrepreneur Association est une association sans but lucratif. Elle est neutre sur le plan politique et confessionnel. Elle a pour but de favoriser la création d’emplois en regroupant les entrepreneurs, dirigeants et personnes du réseau et de leur fournir une plateforme facilitant les échanges, la collaboration, l’entre-aide, les relations de ceux-ci entre eux mais aussi avec les institutions publiques et privées.